1150
1150

Rue du Cherche-Midi, la galerie Damien Tison fait le pari de la proximité en proposant à une clientèle fidèle du mobilier et des luminaires du XXème siècle.

Ici, le design français et italien se côtoient dans une mise en scène à l’image d’un appartement de collectionneur. Rencontre avec son propriétaire, jeune galeriste passionné.

Loin de l’esprit des puces comme de celui des grandes galeries de la rue de Seine, Damien Tison s’est forgé une identité singulière en présentant ses pièces comme on le ferait dans une maison. « C’est un petit lieu mais je le veux très vivant », nous explique Damien Tison, qui s’attache ainsi « à fixer des prix un peu moins cher que ceux du marché pour que ce soit renouvelé tous les 10-15 jours ».

Damien Tison - Galerie Design - Willy RizzoIci, on trouve « beaucoup de luminaires et de petit mobilier du XXème siècle, des années 50 jusqu’aux années 70 : du Guariche, du Lunel mais aussi des éditeurs italiens comme Stilnovo ou Arteluce » et le galeriste, qui ne défend pas un artiste en particulier, ne s’empêche pas « de les mélanger parfois avec des objets plus classiques ». L’homme se « différencie car c’est une boutique de quartier, et à Paris il n’y en n’a plus beaucoup. Certains fonctionnent avec des gros dépôts ou avec des sites internet mais je préfère quant à moi garder cette proximité avec les gens qui viennent me voir », nous explique-t-il. Un choix assumé pour ce professionnel qui « travaille avec son œil », exercé depuis son enfance aux côtés de son père brocanteur en Province puis lors de ses études, spécialisées dans le marché de l’art.

Ce qu’il préfère dans son métier ? « Discuter d’un objet, échanger avec les clients qui sont demandeurs d’informations concernant les détails de fabrication, la provenance de la pièce ou encore l’intérêt du dessin ».

Damien Tison - Galerie Design - Willy Rizzo

Damien Tison - Galerie Design - Willy Rizzo

In this article